GRIMIAM lutte pour la consommation d’insectes par l’être humain

Récemment créée, l’association Grimiam lutte pour introduire la consommation d’insectes dans nos habitudes de vie. Selon eux, c’est la solution pour assurer la suffisance alimentaire de la planète à long terme. Selon les données actuelles, les insectes consommés le plus couramment sont les coléoptères, les chenilles, les abeilles, les guêpes et les fourmis. Viennent ensuite les sauterelles, les criquets et les grillons, les cigales, les cochenilles et les hémiptères, les termites, les libellules et les mouches.

img

Selon Louis Champod, les insectes contiennent plus de protéines que la viande.

Entomophagie : le mot ne vous dit peut-être rien mais il risque de devenir de plus en plus courant. Il s’agit de la consommation d’insectes par l’être humain. L’Homme ingurgite à son insu 500 grammes d’insectes par an, dissimulés dans les fruits, les confitures ou le pain. Récemment créée, l’association Grimiam lutte pour introduire ce régime dans nos habitudes de vie. Pour ce faire, des dégustations sont organisées jusqu’au 8 mars, à la Coop Caroline de Lausanne. Selon Louis Champod, naturaliste et fondateur de Grimiam, les protéines sont plus nombreuses dans les insectes que dans la viande. Il s’agit donc, pour lui, de la solution pour sauver la planète.
Louis Champod

Grillons, criquets, larves… Aujourd’hui deux milliards d’humains se nourrissent d’insectes. Le but de l’association est de faire comprendre à la population que ce régime assurera la suffisance alimentaire de la planète, à long terme. Louis Champod nous rappelle tous les bienfaits de la consommation d’insectes et notamment ceux du polymère.
Louis Champod

Après la dégustation de mercredi, nous avons questionné les visiteurs. Conclusion : les insectes semblent plaire aux Lausannois. Ecoutez.
Réactions

Cet événement est couplé à l’exposition « Planète vivante ». Celle-ci retrace l’évolution des plusieurs animaux à l’aide de fossiles de plusieurs millions d’années.

Les dégustations ont lieu mercredi de 14h à 15h et samedi de 11h à 12h et de 14h à 15h, jusqu’au 8 mars.

Notez que dans l’Union Européenne aucun cadre réglementaire ne régit explicitement les insectes comme alimentation. Aujourd’hui, seule la Belgique permet cette pratique. L’UE devrait prendre position en 2016.

Retrouvez toutes les informations concernant Louis Champod.

AUTEUR : David Vurlod
Partager:
lien : http://bit.ly/1mBPhGe
A propos de l'auteur
David Vurlod
 

Pas de commentaire

Laisser un commentaire